Nouvelles

Jugements: le guérisseur spirituel est assujetti à la TVA


FG Stuttgart: les séminaires ne sont pas des traitements médicaux

Les séminaires de «guérison spirituelle» ésotérique ne sont pas des traitements médicaux. Ils ne sont donc pas exonérés de TVA, comme l'a décidé le tribunal des finances (FG) du Bade-Wurtemberg à Stuttgart dans un arrêt rendu public le mercredi 5 octobre 2016 (numéro de dossier: 14 K 1338/15).

Il a rejeté un «guérisseur» de Suisse. Il propose également des séminaires en Allemagne sur les pratiques ésotériques. Pour cela, elle n'a pas payé la taxe de vente en Allemagne.

Lorsque le bureau des impôts a découvert les séminaires, ils ont demandé. La femme suisse a déclaré qu'elle avait réalisé des ventes hors taxes. Son travail est comparable à celui d'un naturopathe. Elle est une «guérisseuse» reconnue et propose essentiellement des séminaires de formation, «redressement mental du dos», redressement de la colonne vertébrale, thérapies spirituelles, Reiki et initiations à la lumière. La guérison se fait essentiellement par «discussion» (prières de guérison), «compensation» et par imposition des mains.

Le bureau des impôts n'a pas été convaincu. Il a fixé la taxe de vente. Le "guérisseur" se plaignit.

Comme l'a décidé le FG Stuttgart, les séminaires sont «imposables et imposables en Allemagne». Les avantages fiscaux ne sont que "un traitement médical dans le domaine de la médecine humaine par le biais de services médicaux ou de type médical". Le diagnostic ou le traitement d'une maladie est considéré comme un traitement curatif. Celui-ci devait être fourni par une personne «possédant les qualifications nécessaires».

La femme suisse n'a déjà pas les qualifications professionnelles nécessaires. Car, selon leurs propres déclarations, leurs qualifications ne reposent pas sur la formation, mais sur leur «talent».

De plus, le guérisseur autoproclamé n'a ni fait de diagnostic ni traité de maladies. En tout cas, il n'y a aucun diagnostic dans ses calculs. La participation à leurs séminaires était ouverte. Parmi eux se trouvaient de nombreuses personnes qui ne promettaient pas de guérison, mais «une augmentation de leur bien-être».

Dans l'ensemble, la femme suisse n'est donc «pas intéressée par la médecine», a déclaré le FG Stuttgart dans son arrêt du 6 juillet 2016.

En 2014, le tribunal de district de Gießen a également statué que les «guérisseurs miracles» n'exerçaient pas de profession médicale; Pour cette même raison, cependant, cette activité ne peut être interdite, elle est protégée par la liberté professionnelle (arrêt du 12 juin 2014, réf.: 507 Cs 402 Js 6823/11; communiqué de JurAgentur du 4 août 2014). mwo / fle

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Créateur dentreprise: comment ne pas payer de TVA? (Janvier 2022).